Science
15
11
2022

Une greffe peut-elle changer la personnalité ?

TAGS : Cœur | Médecine | Métamorphose | Mort | Renaissance | Sang
Publié le : 8 juillet 2013 - Modifié le : 15 novembre 2022

C’est ce que l’on pourrait penser car les témoignages de « métamorphoses » consécutives à une greffe d’organe, le cœur principalement, se multiplient. En 1974, j’avais d’ailleurs écrit une nouvelle : L’Homme à la tête greffée qui partait de l’hypothèse que le corps aussi avait une âme...!

go Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point gf

Cette célèbre pensée de Pascal s’éclaire d’un jour nouveau à la lumière des nombreux témoignages de greffés du cœur qui ressentent un profond changement de leur personnalité après leur opération. Ils décrivent parfois des virages à 180°. Tel qui suivait une hygiène diététique impeccable, se précipite maintenant au fast food du coin. Telle qui n’aimait que la musique classique, branche son auto-radio sur une station de rock.

Quoi de plus normal ? disent les scientifiques, toujours prompts à dresser des pare-feux dès que des faits semblent appuyer une vision non matérialiste du monde. Les personnes qui ont un organe greffé, comme le cœur, vivaient depuis des années dans une situation douloureuse, incertaine. Ils se savaient condamnés et leur salut ne tenait qu’à l’existence d’un donneur compatible. Du coup, quand ils sont sauvés de la mort par une greffe, toute leur vie est chamboulée. Ils doivent apprendre de nouveaux réflexes, se débarrasser d’anciennes habitudes. Leur goût pour la vie est décuplé. Dès lors, pas étonnant que leur personnalité change...

Certes, certes... Mais cette explication ne me convainc pas.

Ce que disent ces témoignages va au-delà de simple « mieux-être » ressenti par un individu qui a échappé à la mort et retrouve une vie normale. Car dans les cas décrits, le changement crée un inconfort, un conflit dans les centres d’intérêt, dans les goûts. Exactement comme je l’avais décrit dans ma nouvelle L’homme à la tête greffée (Voir onglet La nouvelle).

Le cas le plus connu de ce genre de métamorphose est celui de Claire Sylvia. Elle a décrit son aventure dans un livre Mon cœur est un autre ; elle hérite du cœur d’un jeune motard de 18 ans et se met soudain à aimer la bière, les beignets de poulet... et les femmes !

En France, nous connaissons le cas de la comédienne Charlotte Valandrey qui a écrit un témoignage sur ce qui s’est passé après sa greffe : elle est tombée amoureuse de l’amant de la jeune femme dont on lui a greffé le cœur. Et le coup de foudre a été réciproque ! Du moins, elle suppose qu’il s’agit de la jeune femme en question, car l’identité des donneurs est protégée par le secret médical.

Les scientifiques pensent que tous ces phénomènes sont le fruit de coïncidences ou de l’imagination des greffés. Pourtant, depuis la première transplantation cardiaque il y a 26 ans [1], les témoignages affluent. Certes, aucune étude sérieuse n’est menée sur ce sujet, comme c’est souvent le cas dès qu’on s’approche du feu ! On ne dispose pas, notamment, de statistiques précises sur la fréquence de ce type de souvenirs. Un cas sur 1.000 ? Sur 100 ? Sur 10 ? Sur 2 ?

Nos organes ont-il une mémoire ?

On pense généralement que notre mémoire — celle qui retient la somme de nos expériences, de nos goûts, de nos émotions — est dans notre système nerveux, dans notre cerveau essentiellement. Le cœur, lui, ne serait que de la viande, sans mémoire, sans affect.

Certains scientifiques, néanmoins, n’excluent par l’hypothèse qu’il existerait une « mémoire cellulaire ». Tous nos organes stockeraient des informations relatives à notre personnalité. Lors d’une greffe, un « bout » de la personnalité du donneur passerait chez le receveur. Ce phénomène serait amplifié par les doses massives de médicaments absorbés par le receveur pour empêcher le rejet de la greffe ; les « bouts » de mémoire du donneur influenceraient ainsi plus facilement sa personnalité.

Voyez sur cette vidéo le témoignage d’un homme qui a subi l’influence de la personnalité du cascadeur dont on lui a greffé le cœur et découvrez les explications scientifiques sur cette « mémoire cellulaire » :

Vidéo du documentaire de « Bizarre ou quoi ? » consacré au changement de personnalité après une greffe de cœur (C’est l’objet du premier des trois reportages)


Le cœur, un organe comme les autres ?

Ce qui me frappe dans ces cas, c’est que les témoignages recueillis jusqu’à présent concernent surtout les greffes du cœur. Il semble que les greffés d’autres organes, comme les poumons par exemple, ne ressentent pas ce changement profond de personnalité.

Pourtant, sur le plan physiologique, il n’y a aucune raison que le cœur provoque seul le phénomène. Sur le plan physiologique, sans doute, mais si l’on se place sur un autre plan, tout s’éclaire.

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. Depuis des temps très reculés, l’homme a pris l’habitude d’attribuer au cœur un statut particulier. Les Égyptiens en avaient fait le siège de l’âme. Selon leur conception, à la mort, le cœur était pesé par le dieu Anubis et de cette pesée dépendait le sort de l’âme du défunt...

J’ai du mal à ne voir là-dedans que des croyances naïves d’hommes qui ne disposaient pas de nos outils modernes d’investigation du corps humain. Il est clair que le cœur est un symbole puissant de la vie — et de celle de chaque individu ! Ses premiers battements dans le fœtus, bien avant que le cerveau ne soit formé, sonnent le top départ de notre aventure humaine. Il vit ! Et son dernier battement en sonne le glas. Entre ces deux moments clés de notre existence, le cœur fait couler le sang dans notre organisme. Il apporte à tous nos organes l’oxygène et les nutriments qui leur sont indispensables.

Cette suprématie du cœur sur le cerveau dans le processus vital se retrouve aussi dans les cas de comas, ou dans les maladies dégénératives du cerveau, comme la maladie d’Alzheimer. L’individu continue de vivre, même s’il a perdu conscience, même si son rapport au monde est altéré. Le cœur semble effectivement avoir ses raisons que la raison ignore. Il est d’ailleurs totalement autonome dans son fonctionnement, ce qui fait de lui un organe à part. Seuls quelques Yogi sont capables de contrôler les battements de leur cœur. Pour le commun des mortels, le fonctionnement du cœur échappe à notre volonté (et tant mieux, d’ailleurs !).

Dans le langage courant, le cœur est doté de qualités qui n’ont rien à voir avec sa vocation physiologique ! C’est le siège des émotions, de l’amour, de la bravoure, de la détermination, de l’implication. Il abriterait ainsi les aspects de notre personnalité les plus fondamentaux, alors que le cerveau, lui, serait le siège de notre personnalité superficielle, artificielle même... Pas étonnant alors qu’une greffe du cœur soit d’une nature particulière et influence la personnalité profonde des receveurs.

Mais cela ne me dit pas comment un phénomène aussi mystérieux et déconcertant est possible.

Un bout de corps éthérique greffé avec le cœur ?

Je décide donc de faire un tour du côté de l’invisible...

Les adeptes de l’ésotérisme croient que notre corps physique est entouré d’enveloppes invisibles qui ont chacune une fonction particulière. De nombreuses descriptions existent de ces différents « corps » superposés. Aujourd’hui, la plus répandue est celle de Rudolf Steiner [2], qui décrit trois « corps » superposés : le corps astral, siège de notre âme, le corps physique, siège de nos organes, et entre les deux, chargés de faire la liaison, le corps éthérique. Il véhiculerait l’énergie vitale et abriterait les mystérieux chakras. C’est ce dernier corps qui nous intéresse dans le cas présent.

Dans la conception ésotérique, ce corps éthérique constitue l’aura d’un individu. Certains médiums sont capables de la visualiser et, en fonction de ses couleurs, de ses mouvements internes, de connaître l’humeur et l’état de santé de l’individu. Au moment de la mort, le corps astral — l’âme — est censé se détacher du corps éthérique, lequel reste quelque temps encore « accroché » au corps physique avant de se dissoudre. Parfois, il ne se résout pas à partir et c’est ce qui expliquerait le « voile blanc » des fantômes. Ensuite, le corps physique, qui n’est plus « animé » par le corps éthérique, commence sa décomposition.

Je me pose alors la question : lorsqu’on greffe un organe aussi essentiel que le cœur, un bout du corps éthérique qui l’anime chez le donneur vient-il s’incorporer dans le corps éthérique du receveur, en lieu et place de la partie qui est retirée ? Est-ce ainsi que la personnalité du donneur vient vampiriser celle du receveur ? C’est mon hypothèse et elle expliquerait beaucoup de choses...

Mais, au terme de mon exploration, un phénomène reste pour moi très troublant, quelle que soit l’explication — mémoire cellulaire ou transfert de corps éthérique. Pourquoi la personnalité du donneur prend-elle le dessus sur celle du receveur ? Le cœur est-il notre « saint Graal » personnel [3], ce calice qui contient ce que nous sommes, et qui commande à tout notre être ?

Ces témoignages mystérieux de greffés nous éclairent peut-être sur le processus à l’œuvre au moment de la réincarnation. C’est sans doute par le cœur que notre âme prend possession de son nouveau véhicule terrestre... et par lui qu’elle le quittefin

Un sujet tabou ?

On peut imaginer que le milieu médical ne souhaite pas que ces informations soient trop répandues. Selon l’Agence de la biomédecine, il y a eu 398 greffes du cœur en 2011 [4]. Soit près de 400 vies sauvées. Les réticences face à une greffe sont déjà très importantes. Il n’est sans doute pas utile d’en ajouter une couche en évoquant un possible changement de personnalité, d’autant qu’aucune preuve scientifique ne vient étayer ce phénomène. On peut d’ailleurs se demander si on en cherchera jamais...

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook

Post-Scriptum

Depuis la publication de ce texte, on m’a signalé deux articles récents d’un blog du Monde (Passeur de Sciences) :

- Petit mode d’emploi pour greffer un tête :

- Et cette expérience sur un ver laissant supposer que la mémoire ne serait peut-être pas dans le cerveau :

Notes

[1Christian Barnard, chirurgien cardiaque au Cap en Afrique du Sud, réalise la première transplantation cardiaque le 3 décembre 1967.

[2Rudolf Steiner, La science de l’occulte (1910), chap. II : « L’être humain » ; Théosophie. Introduction à la connaissance suprasensible du monde et de la destinée de l’homme (1904).

Commentaires

5 commentaires

  • 40000 neurones pour le coeur. Je ne suis pas chercheur en cardiologie mais il semblerait logique qu’une certaine empreinte de la vie de la personne reste imprimée. Il faudrait réaliser une étude sérieuse sur les changements de comportements avec un échantillon représentatif, ainsi que sur d’autres types de greffes.

    | 14 avril 2015 15:46 | Répondre
    • Effectivement, le sujet manque d’études sérieuses. Mais je crains qu’elles ne soient jamais entreprises car si elles révélaient que des changements notables de personnalité sont constatés (au-delà de l’évidente transformation que suscite la guérison), cela réduirait sans doute le nombre de personnes voulant réaliser une greffe.

      On connaît un peu mieux le phénomène de la mémoire. On sait que cela ne fonctionne pas comme nos appareils modernes avec stockage sur disque dur ! La mémoire enregistre l’état dans lequel se trouvaient les neurones au moment de l’entrée de l’information. Quand on se souvient, le cerveau rétablit cette configuration. Mais où est stockée cette configuration ? Personne ne le sait pour le moment.

      Il est possible que le cœur garde en mémoire certains éléments de son vécu « antérieur ». Notre cœur s’adapte en permanence à notre façon de vivre. Il réagit à ce que nous aimons, à ce que nous détestons, à notre activité physique, sexuelle, etc. Toute cette mémoire purement fonctionnelle peut effectivement dessiner les contours d’une personnalité. Mais pourquoi est-ce portrait du donneur qui finit, dans les cas observés, par prévaloir sur la personnalité du greffé ? Mystère !

      Par : Christian Julia | 17 avril 2015 12:19 | Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant, et honnête : il décrit les faits qui contredisent les théories mainstream d’aujourd’hui...
    Si l’on regarde un peu plus vers l’Est, depuis près de quatre milles ans, les médecins chinois pensent que le véritable foyer de conscience, de personnalité serait le coeur...qui est le centre de réseau d’énergie Yin-Yang, équivalent de ce deuxième corps éthérique, à mon avis. L’existence de ce réseau n’est pas cliniquement prouvée avec les moyens contemporains, mais le traitement de la médecine chinoise traditionnelle sur cette base s’avère très souvent efficace, ce qui est pour moi, une preuve indirecte et scientifique de son existence.
    Cordialement

    Par : yoyuxi | 14 août 2018 14:25 | Répondre
    • Bonjour, merci pour votre message. Nous commençons à peine à comprendre la nature éminemment spirituelle de l’univers. Nous n’en connaissons que la partie physique, la plus visible, mais nous en ignorons la partie immatérielle. Or, la matière physique ne représente que 5% de la « matière » de l’univers. Nous baignons donc probablement dans une « soupe » spirituelle avec laquelle, selon moi, nous avons des connexions, par le cerveau à coup sûr, un peu comme une « radio » qui capte notre conscience, ou par le cœur, qui est peut-être le point d’accroche de notre âme. Nous avons sans doute bien d’autres points d’interface entre nos organes et l’invisible. En tout cas, comment le monde physique a créé un phénomène immatériel comme la conscience reste un épais mystère, à moins que la chronologie ne soit à l’inverse, que l’immatériel a créé le matériel. En tout cas, j’ai la conviction que, comme le fœtus baigne dans le liquide amniotique, nous « baignons » dans un environnement immatériel qui influence notre esprit et notre corps.

      Par : Christian Julia | 14 août 2018 18:26 | Répondre
  • Très bon article, merci beaucoup.

    Par : ilo | 10 août 2020 21:08 | Répondre
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

PUBLIÉ LE : 8 juillet 2013 | MIS À JOUR LE : 15 novembre 2022
Article suivant

La naissance du système solaire, des planètes et des lunes en images

La Lune est née de la collision entre notre Terre et une planète. Les débris se sont agglomérés pour former deux lunes. La plus grosse a fini par absorber l’autre et est ainsi devenue la Lune que nous connaissons aujourd’hui.

Le site de National Geographic propose un magnifique diaporama de ces chocs cosmiques.

Lire
Les domaines

Spiritualité

La spiritualité d’aujourd’hui est éclatée en une multitude de croyances et de pratiques, au point que les individus se réfugient de plus en plus dans le culte de leur ego, seul dieu crédible à leurs yeux.

Science

Depuis qu’ils ont découvert que l’atome n’expliquait que 10% de la matière, les scientifiques développent toutes sortes d’hypothèses qui, au lieu d’expliquer le monde, le rendent plus inintelligible.

Psychologie

Si le divin ne nous apparaît plus quand on regarde vers le ciel, peut-être est-il en nous, dans les méandres secrets de notre inconscient, là où le phénomène le plus mystérieux de la nature, l’esprit, prend sa source.

Histoire

Plus la recherche avance, plus les mystères de notre origine et de notre lointain passé s’épaississent. Nos certitudes sur les premiers hommes, sur les cultes anciens, sur les premières civilisations font place à des interrogations profondes et sans réponse.

Société

Depuis l’apparition d’Internet et des réseaux sociaux, la société connaît de profonds bouleversements qui touchent notre perception du monde et nos relations aux autres tandis que la domination de l’économie nous réduit à de simples consommateurs.

Sport

Le sport n’a jamais occupé autant de place dans nos vies qu’à l’époque moderne. Il exprime tout à la fois le besoin de performance, de cohésion sociale et une quête de santé dans un monde en proie à la malbouffe et la pollution.

Retour en haut